27 novembre 2007


La jeunesse n’est pas éternelle.

L’année 2006 nous a ouvert les yeux sur la raréfaction des Pu Er anciens et nous a permis de découvrir sinon d’apprécier les jeunes Pu Er que nous ne connaissions pas jusqu’alors.

L’aventure du thé prenait alors un tournant inattendu en nous invitant à ouvrir notre goût à de nouvelles références.

Souvenez-vous qu’il y a encore peu de temps, les galettes n°10, 30 ou 31 vous paraissaient jeunes…

Nous avons tous fait notre deuil de l’état de grâce que nous vivions depuis des années en dégustant des références des années 70 ou 80 au quotidien.

Aujourd’hui, il faut composer avec l’évanescence des millésimes 2005, 2006 et même 2007, savoir apprécier leur fruité, leur délicatesse. Mais comme l’écrivait Christophe :

« Il n'y a rien à faire le Pu-erh c'est quand même meilleur avec 20 ans derrière le collet »

Certes, mais faute de « plan B », il va falloir faire avec et pour toujours.

Mais à peine digérée, cette révolution fait déjà place à une nouvelle : nos jeunes thés mutent après un an ou deux.
Ils se transforment et entrent dans une phase plus ingrate et semblent nous donner rendez-vous dans quelques années pour l’inauguration de leurs arômes camphrés et boisés.

Alors que l’on nous disait que Pu Er était long à évoluer, notamment hors d’Asie, nous sommes cueillis à froid, condamnés à gérer nos stocks avec un soin métronomique.

Regoûtez comme je viens de le faire la briquette Mengku Lao Ban Zhang 2006 de 90 grammes et vous constaterez qu’elle a atteint la deuxième phase de sa continuelle mutation, perdant de sa fraîcheur, de son fruité et commençant à développer une saveurs boisée et médicinale.

Le temps n’a pas de temps à nous céder et poursuit sa route du thé sans se préoccuper de nos envies du moment et de nos attentes.

Mais l’aventure sera passionnante...

14 commentaires:

Antonio a dit…

Dum loquimur, fugerit invida aetas!

Raphael a dit…

... Carpe diem, quam minimum credula postero !

Si l'on se met à citer Horace sur les blogs, on va faire fuir le peu de lecteurs qu'il y a :o)

emmanuel a dit…

J'ai également regoûté la Mengku Lao Ban Zhang la semaine dernière et j'ai été agréablement surpris.

En revanche je ne trouve pas qu'elle ait perdu de sa fraîcheur et de son fruité. Mais si je me souviens bien, tes briques étaient beaucoup moins compressées que les miennes (et donc devraient vieillir plus vite).

"Dum loquimur, fugerit invida aetas!"

ça veut dire?

Raphael a dit…

"Dum loquimur, fugerit invida aetas"
Pendant que nous parlons, voilà que le temps jaloux a fui.

"Carpe diem, quam minimum credula postero !"
cueille le jour, sans te fier le moins du monde au lendemain.

Sauf erreur...

Philippe a dit…

Tiens Harold Lloyd sur la photo me fait penser à Raphaël essayant de retenir vainement ses galettes prestigieuses qui disparaissent chaque jour un peu plus... ! Il les retient de façon désespéré comme on peut le faire avec sa jeunesse que l'on voit s'éloigner irrémédiablement, hélas...

C'est gagné, ta photo (très bien choisie d'ailleurs) a réussi a me déprimer :-(

Raphael a dit…

"comme on peut le faire avec sa jeunesse que l'on voit s'éloigner irrémédiablement"

T'es sympa toi (lol) !
T'as choisi le moment pour me sortir un truc pareil !

jeancarmet a dit…

Merci pour la citation ! ;-)

"Certes, mais faute de « plan B », il va falloir faire avec et pour toujours."

Pourquoi ? Avec mes stocks des 80's j'ai de quoi tenir jusqu'à que mes stocks des 90's soient mûrs etc.
Mais c'est vrai que 20 ans c'est fatidique : la galette 87 est bonne alors que la 90 est encore tangente à mon goût...

Et puis comme tu le sais si bien il n'est pas nécessaire de grammer comme un tordu pour tirer d'un vieux Pu-Erh l'esprit qui l'anime.

Lors de mes nuits agitées il n'y a pas que les mouflets pour têter ! Je les accompagne d'une pincée d'un vrac 50 ou d'une brique 85 en zhong et c'est super !

Raphael a dit…

Tu bois le Pu Er au biberon ?
Une idée intéressante.
Sinon, il n'y a pas que les jeunes qui évoluent.
Hier, j'ai préparé un cube 87, je passe sur les 4 premières infusions toujours aussi lourdes même avec des passages records en théière. Mais après ! Voilà que le cube joue le camphre comme les grands !
Comme un air de carré 79 !

jeancarmet a dit…

Il faudra que je retente le cube. Je l'avais oublié celui là et pourtant quand on parle de stock...

Je vais tenter d'en couper un petit bout et le passer en zhong.

Raphael a dit…

"Pourquoi ? Avec mes stocks des 80's j'ai de quoi tenir jusqu'à que mes stocks des 90's soient mûrs etc."

On a quand même des trous sérieux entre 1990 et 1996 et entre 2000 et 2005, enfin moi, en tous cas dans les références fiables.

Le stock des autres périodes devrait pourtant suffir à m'occuper.

Raphael a dit…

"Mais si je me souviens bien, tes briques étaient beaucoup moins compressées que les miennes (et donc devraient vieillir plus vite)."

J'en utilise une que j'avais "dépiauté" un peu pour voir l'évolution. Cela a peut-être joué un rôle d'accélérateur.

jeancarmet a dit…

Si tu parles de diversité, alors oui il y a des trous dans le début des années 90 mais certainement pas au début des années 2000 : Il y a dans mon stock les galettes 27, 37 à 42 et 45 ainsi que les Tuo Cha 16 à 21, tous millésimés entre 2000 et 2005. 13 références en 5 ans et je ne parle que de la M3T...

Si tu parles de volume, j'ai assez de 80's pour palier le manque de références des premières années des 90's.

D'ailleurs s'il est toujours temps je ne saurais trop conseiller d'acheter la brique 85/11 (440g)...

Michel a dit…

Félicitations Christophe!

Raphael a dit…

Oui, tu as raison Christophe, j'avais complètement oublié les références des années 2000 et suivantes.