24 juin 2007



Rien de tel qu'un dimanche au calme pour déguster un thé du Rocher, en l'occurence un Da Hong Pao 4. Dosé à 7g en théière yixing de 16,2 cl, ce thé puissant mais délicat est une invitation à la gourmandise. Les notes toastée, patissières caractéristiques de cette famille de thés sont bien présentes. Un sentiment de financiers sortant du four. Vanille, épices, mais aussi un parfum floral, sucré, de cire. Un arrière goût végétal enfin, à la manière de certaines courges. Au fil des infusions, la bouche perd un peu de sa grande force et laisse place à une saveur de confiture de poire, de coing, de pain grillé, de pâte d'amande plus apaisée.



Les infusions se succèdent sans chute brutale de précision, de matière. Il faut connaître un tel thé, un thé de sensations physiques, qui interagit avec le corps du dégustateur. Le souffle, l'énergie, le sentiment de satiété en sont affectés. La variété des Rocher est très nourrissante mais paradoxalement me déclenche d'intenses fringales quelques heures plus tard.


Il faut se frotter au Da hong Pao 3 pour comprendre que l'on peut aller encore beaucoup plus loin dans le raffinement et toucher du doigt une sorte de perfection dans la riche famille des Wulong. Hélas, le cap à franchir se paie. Mais il faut s'offrir au moins une fois le voyage pour comprendre toute la richesse de cette famille.

La dégustation est à présent terminée. La théière a oeuvré avec talent et l'expérience de nombreuses années. Elle a permis de sonder les arcanes du thé, notamment grâce à sa faculté de conserver une très haute température durant les infusions, même les plus longues.

13 commentaires:

Michel a dit…

Miamm, ça donne envie d'acheter des patiseries en douce le dimanche après midi, et de se les garder pour minuit..
Bien vu le coûp de la sonde!

Philippe a dit…

Ta théière ressemble beaucoup à celle que j'utilise pour les baozhong (que j'avais rachetée l'année dernière à Christophe et que tu dois connaître à mon avis)... Elle m'a l'air un peu plus délicate la tienne, non ?

Raphael a dit…

Je n'ai pas souvenir d'une théière ayant appartenu à Christophe et ressemblant à celle-ci. Mais bon, je n'ai pas en tête toutes les théières que j'ai pu croiser chez lui. C'est une théière que j'ai pu choisir lors d'un mémorable après-midi à la M3T.
J'ai mis plus d'une heure à me décider entre près d'une dizaine de théières. Finalement, c'est le grain de peau légèrement ridé et très élégant, le volume, la finesse des traits et l'absence de défaut qui ont fait la différence.

Philippe a dit…

Elle est très élégante en tout cas; c'est une taïwanaise ?

Raphael a dit…

Tu me provoques, là !
Taiwanaise, toi même ;o)
Non, mon gars, c'est du lourd qui sonne comme un sabre et qui chauffe comme un four.
Du yixing de la belle époque.

jeancarmet a dit…

Je confirme que c'est du lourd. Du temps où la province de Yixing était installé du côté de la Ruhr.

Forme on ne peut plus classique, académique même, mais la terre est belle, les poinçons et la finition appliqués avec soin. C'est rare une telle finition d'aileurs.

Michel a dit…

I like ....

Raphael a dit…

Hyper classique, c'est vrai, Christophe.
Tu avais raison, Philippe, la forme est très proche de celle qui est en photo sur ton blog pour illustrer la discussion "Yixing Baozhong" (24 mars 2007).

Philippe a dit…

Sauf que la mienne est plutôt du genre "kolossale finesse" que délicate et rafinée mais je l'aime bien quand-même !! Je trouve les poinçons de la tienne particulièrement jolis.

Raphael a dit…

Tu noteras celui présent à la naissance de la anse, pas très nette sur ma photo.
Ce n'est pas si fréquent de retrouver cette marque.

Philippe a dit…

Ca y est, je suis jaloux !!

bejita a dit…

quelle peau douce et soyeuse ...
on dirait une peau de bébé .
sinon pour le poinçon à la base de l'anse , celle de TM ( celles que j'ai en tout cas ) en ont aussi . Est ce une marque qui montre qu'elle sont recentes ?

Raphael a dit…

"Est ce une marque qui montre qu'elle sont recentes ?"

Je ne saurais te dire.
Je ne suis pas un spécialiste de la matière. Il y avait un site qui montrait l'époque de fabrication des théières en fonction de leur poinçon mais j'imagine que le sujet est plus complexe qu'il n'y paraît.