11 mai 2007




Savoir goûter le manque.
Dans tout apprentissage d’une passion, il est important de jauger le niveau atteint par des privations passagères.
Je m’absente trois jours de Paname et de ses thés envoûtants.
Je n’emporte rien pour mieux apprécier la rupture.
Je vais demeurer à l’écoute de mon corps de ses requêtes pour mieux le servir à mon retour.
Cette retraite des sens aidera à purger les souvenirs récents de dégustation.
Puis, à mon retour, je disposerai de quelques jours de congés pour replonger intensément dans les plaisirs du thé.
Une renaissance nécessaire.

7 commentaires:

jeancarmet a dit…

Tu vas sur un Yacht près de Malte ?

Philippe a dit…

C'est amusant, mais je m'apprêtais à laisser le même commentaire :-)))

bejita a dit…

il ne faut pas oublier la nuit dans l'hotel de luxe pour relancer la discorde :-D ( je precise que j'ai voté à gauche et que je ne suis nullement hostile envers sarko )
sinon le post m'a fait penser a celui que j'ai fait sur les mauvais pu'erh : avec les mauvais on apprecie plus les meilleurs , et avec l'absenc e on apprecie d'autant plus les retrouvailles .c'est humain : l'homme a besoin de comparer ;-)

Raphael a dit…

Pas de Malte.
Juste un modeste week-end gastronomique à Lyon ;o) et un hôtel 4 étoiles avec ma blondasse.
Ici non plus, rien aux frais des contribuables (sauf moi).

Michel a dit…

Et tu va même pas prendre un petit sachet de Dan cong, pour la chambre d'hôtel? T'as pas peur de trembler ou de te réveiller la nuit, pris de panique.
J'admire ton courage..

Sacha a dit…

Dites-donc, c'est pas une éclipse de galette qu'on voit là?!?

Raphael a dit…

De retour.
Non même pas un sachet de Dan Cong.
Je suis revenu plein d'envie de dégustations.
Bien vu pour l'éclipse de galette mais en l'occurence, c'était plutôt une éclipse de dégustateur.