18 juillet 2007


Dégustation du jour: Rou Gui n°3 de Taiwan

Ce thé m'a été conseillé par l'indispensable Gilles de la M3T.

Je cherchais quelque chose de différent de mes repères habituels.
Cette "spécialité" m'a vraiment dérouté et fasciné à la fois.
Feuille de tomate, rhubarbe, rose, miel léger et sucre blond sont les notes relevées lors de mes dégustations.
Et surtout, l'infusion est tout en transparence en dépit d'une belle densité. Pureté, pureté !
Ce thé s'accomode d'à peu près tous les traitements: théière pour davantage de plénitude, zhong pour une analyse poussée ou la recherche de limpidité, infusions courtes ou longues, chargées ou peu en thé, liqueur chaude, tiède ou même froide.
A chaque expérience, un résultat différent et intéressant.
J'ai personnellement apprécié un dosage à 4g en zhong ou 5/6g en Yixing de 14,8 cl.
Vous noterez une belle évolution des parfums dans la tasse à sentir ou sous le couvercle du zhong.
Ca déroule comme avec d'autres prestigieuses références comme un Bai hao 2 ou un Da Hong Pao 4.
J'aime bien les thés qui mettent scène successivement les différentes composantes olfactives. C'est un peu comme lorsque les acteurs de théâtre ou les chanteurs d'un opéra viennent saluer à la fin d'un spectacle. Il y a un temps pour honorer chacun d'entre eux.
Si vous cherchez un thé à part, à mi-chemin entre les thés fleuris et les thés plus fermentés, celui-ci devrait vous intéresser, d'autant qu'il est abordable (comptez 25 euros sur place ou 55 euros les 100g).

9 commentaires:

jeancarmet a dit…

Pour le dosage j'utilise 3 méthodes.

Celle de Scott de YS : 1/3 du volume de la théière en thé.

Ma méthode rationnelle : 1g de thé pour 2cl.

Enfin la meilleure : tout au pif.
Pour ne revenir au Rou Gui de Taïwan. J'ai goûté mais je ne me souviens plus...

Très belle branche de tomates sinon.

Raphael a dit…

On peut aussi considérer que plus belle est la qualité du thé, plus on est libre dans le dosage car le thé ne durcira pas s'il est très dosé ou si les infusions sont longues.

jeancarmet a dit…

Justement observé.

Michel a dit…

encore un 'beau' poste,
J'aime jouer sur la longueur d'infusion qui dépends de la quantité mais j'aime forcé un peu en ralongeant la durée tel 'une surenchère pour voire' un condencé de qualité/de défauts.
ça permet de connaitre son 'point break'..

Raphael a dit…

Intéressant.
J'ai longtemps été un adepte des infusions chargées pour les Rocher (genre 8g) mais j'en reviens un peu. D'abord c'est coûteux, ensuite je ne peux encaisser plus de 5 ou 6 infusions seul (de 4 tasses chacune) puisque ma compagne n'apprécie pas cette famille de thés. Alors autant pousser rapidement les infusions.
Quant aux Pu Er, je reste adepte d'un dosage raisonnable, genre 4 ou 5 g afin de pouvoir entrer dans le vif du sujet dès la 2ème infusion. si l'on cherge trop, je trouve que la liqueur tarde à devenir transparente et pure.

Michel a dit…

je respecte vos points de vue et j'en reviens que vous aimer 'déguster' le pu ehr.
Je suis un poil barbare -sans sel ou beurre -
mais j'aime quand c'est un peu transparent mais quand même presque foncé -pas amer mais
'on de verge'....
ahhhRrrrrho.. got to go for my fix

Raphael a dit…

Ce qui est amusant, c'est que l'on a tous développé des habitudes de dégustation dans notre coin, plus ou moins isolés des personnes qui peuvent ou auraient pu nous apprendre. Pour nous autres parisiens, c'est un peu différent puisque l'on a appris, le plus souvent à la M3T.

Un peu comme lorsque des langues se développent dans des endroits reculés sans trop être influencées par les villes.

Bon, vous me direz qu'aujourd'hui il y a Internet mais je pense que chacun garde ses spécificités dans l'approche du Gong Fu Cha. Certains ont pu apprécier de doser fortement tel thé, puis ont continué de le faire avec d'autres sans trop se poser de questions, et à l'opposé, d'autres ont peut-être pris l'habitude de faire infuser longtemps de petites quantités de thé. Par exemple, je déguste presque toujours les Pu Er très jeunes de la même façon: 2g en zhong.

writ a dit…

Bonjour Raphael,

avez-vous essayé Cui Yu ?

Raphael a dit…

Oui, je connais ce thé.
C'est une bonne référence pour s'initier au monde des wulong fleuris.