26 mars 2007



Au terme d'une comparaison que j'ai voulue sérieuse pour une fois, je peux vous donner quelques pistes se rapportant à ces trois nouveautés que sont les vracs 1996 n°22, 1997 n°23 et 1998 n°24.
Le n°22 présente de petites feuilles brunes d'aspect assez classique. Les feuilles réhydratées offrent un parfum subtil légèrement iodé, salé, évoque la noisette grillée. En bouche, il est l'expression même de l'élégance. Rien ne dépasse, ni ne vient heurter le nez ou le palais. Tout est parfaitement orchestré. On dirait un vieux thé sage et fondu. Le seul trait qui le différencie d'un grand et vieux Pu Er est la discrétion et sa complexité relativement modeste. Mais il y a de la matière derrière cette retenue. Justesse.
Le n°23 et ses grandes et larges feuilles brunes est plus végétal, davantage sur les fruits frais (mangue verte, mirabelle, agrumes) et les légumes verts (un peu à la façon d'un carré 1980, toutes proportions gardées. Il présente une longue, très longue finale fraîche et subtilement amère, comme une amande à peine sortie de sa coque que l'on aurait gardée sur la langue. Ce thé est une bouffée d'air frais. C'est le plus jeune, tendre d'esprit.
Le n°24 et ses larges feuilles marron est le bad boy de la famille avec son nez fauve, musqué. Il porte le cuir et la fourrure et ne s'en laisse pas conter. Il est plus gourmand aussi, amande grillée, bois (rappelle le vrac 1993 en plus élégant), prune noire gorgée de soleil et de sucre. Mais aucune lourdeur dans ces infusions limpides. Un sauvageon, tout de même.
Au terme de cette comparaison partiale et succincte, il me semble que ces thés se complètent merveilleusement et feront le bonheur des dégustateurs.
Difficile pour moi de faire un choix ou un classement. Le premier est le plus homogène, le deuxième, le plus vivifiant et le dernier, le plus animal.
C'est déjà beaucoup pour le prix.

22 commentaires:

tamaryo a dit…

wouahhou!!
Ca donne envie de griller la carte bleue...

Philippe a dit…

Terrible !
Demain je les commande tous les trois et Jeudi je les bois un à un !!! Belle semaine en perspective. Vraiment merci Raphaël pour ce debriefing ;-)

jeancarmet a dit…

Bravo, beau commentaire de dégustation !

Fabrice a dit…

Ca donne envie c'est vrai ! merci Raphaël pour nous avoir livré tes impressions. Par contre question idiote d'un neophite, ce sont des crus ou des cuits stp ?

Raphael a dit…

"ce sont des crus ou des cuits stp ? "

Ce n'est pas indiqué dans la notice d'utilisation.
Le dégustateur se fera son idée s'il le juge utile.
Je serais étonné que le 1997 soit cuit, en tous cas.

Philippe a dit…

Ca y est, je viens de commander les trois boîtes... Vivement jeudi ! Rendez-vous prochainement sur mon blog pour vous en parler.

lionel a dit…

Je fais pareil demain Philippe...
Merci aussi Raphaël pour ce beau compte-rendu....J'avais oublié de te demander : tu dis que tu fais des dégustations sur 2 jours, 6 infusions chaque soir : ça risque rien de laisser les feuilles humides dans une théière 24h durant ? tu la laisses ouverte...? (moi aussi j'aime les liqueurs tardives et je ferais bien comme toi...)

Raphael a dit…

Non je la laisse fermée. Ca se passe bien sur 24h. Par contre je ne dépasse pas.
J'aime pas trop les dégustations sous dosées alors je préfère promener mon thé sur deux soirs plutôt que de le voir plonger après 5 infusions.
Du coup, 4g me durent 2 jours.
Ca me fait environ 8g de pu Er par semaine, le samedi étant réservé aux Rocher en général.

lionel a dit…

quelle plannification et quelle organisation ! pas d'autres types de wulongs ?
Moi quand je peux faire 2 GFC par semaine je suis content...avec une petite fille que vous avez vu sur émotionsdethé, faut réussir à se réserver des plages de calme et de silence : après 21h30 en général...c'est pourquoi ton idée d'étaler une dégustation sur 2 jours me va bien...

Philippe a dit…

D'un autre côté Lionel, ta petite fille m'a l'air déjà aussi passionnée que son père, donc y a pas d'excuses valables !!! Tu peux donc pousser à 3, voire 4 GFC par semaine ;-))

Raphael a dit…

Un petit mot pour vous dire que je poursuis le combat de la mort commencé hier avec mes trois zhong entre les 96/97/98 et c'est terrible: 9 infusions avec mes pauvres 2g et ça se bagarre toujours entre le 97 et le 98. Seul le 96 ma lâché mais je l'avais prévu, la baston, c'est pas son domaine.
2g les gars ! 2g !

Raphael a dit…

Bon, il faut une fin à tout. J'ai fait 12 infusions et ça tient toujours la route tant pour le 97 que pour le 98. Mais moi, il faut que j'aille dormir. En bref, soyez rassurés, c'est du sérieux. Maintenant, faites-vous une idée personnelle.

Philippe a dit…

Et tu crois sérieusement pouvoir dormir avec tout ce que tu as bu ??? Mon pauvre garçon mais t'es parti pour une nuit blanche... C'est bon, tu peux faire péter tes vracs des années 60 pour passer le temps jusqu'à 7h00 du mat !!

Raphael a dit…

D'ordinaire, je ne suis pas trop sensible aux Pu Er. Encore qu'hier, je n'ai trouvé le sommeil qu'à 1h50... Je te tiens au courant ;o)

Philippe a dit…

Du coup, tu m'as porté la poisse, c'est moi qui n'est pas réussi à fermer l'oeil cette nuit... Comprends pas, pourtant je n'ai pas bu de thé ni de café hier soir !

Raphael a dit…

Tu as dû entrer en phase de manque. Pas de soirée sans thé !
Te voilà prévenu.
Bon, c'est pas tout ça mais ce soir j'attaque la dégustation de LA GALETTE PARMI LES GALETTES, la fameuse 2005 n°45.
Je vous tiens au jus.

Raphael a dit…

Pour Lionel:
Je bois assez peu d'autres bleu-verts. Un peu d'Anxi Tie Guan Yin 3, un beauté académique de temps en temps, un Dan Cong quand j'y pense. C'est tout. Je préfère le lourd pour l'instant. Ma petite dizaine de Rocher me suffit.

Raphael a dit…

Je complète mon commentaire de dégustation et vous invite à déguster le vrac 1997 en zhong. En effet, je l'ai passé dans toutes mes théières à Pu Er hier et je peux vous dire qu'il perd énormément en détail, vigueur et longévité en Yixing. C'est mieux en taïwanaise mais on perd en complexité ce que l'on gagne en rondeur. Je vais poursuivre avec les deux autres mais je pense que le 1998 devrait mieux s'en tirer en théière. Soyez donc vigilants.

Philippe a dit…

Pas faux ce que tu écris là. Je me suis fait la même réflexion avec le vrac 1998. En terre épuisée, ce Pu Er me semblait assez terne et peu passionnant alors qu'en taïwanaise, c'est de la vraie bombe !! Etonnant tout de même le pouvoir qu'ont les théières sur les feuilles...

Raphael a dit…

Etonnant en effet le pouvoir des théières. J'ai d'ailleurs programmé une campagne de redécouverte de mes thés en les passant d'une théière à un autre et au zhong afin de trouver le support le plus adapté à chaque référence. Hier soir, je dégustais 3g de vrac 1998 dans ma plus petite théière et le résultat était intéressant. Les angles sont légèrement arrondis mais cela donne l'impression que le thé est plus vieux. Par contre, pour faire passer un max d'infusions avec une dose de thé, rien ne vaut le zhong.

Philippe a dit…

---> "J'ai d'ailleurs programmé une campagne de redécouverte de mes thés en les passant d'une théière à un autre et au zhong afin de trouver le support le plus adapté à chaque référence."

J'espère que tu nous feras part de tes expériences sur ton blog car ce type de démarche me passionne à fond.

Raphael a dit…

Faudra pas être pressé car avec toutes les nouveautés reçues que je dois goûter, cela va prendre du temps.