02 mars 2009

















Avec le temps...

Tout s'en va, disait la chanson.

Les grands thés ne s'en vont que lentement.

Samedi soir, Antonio m'offrait une dégustation de Pu Er en vrac de 1950.

L'occasion d'organiser une rencontre entre un grand thé et une grande théière (la citrouille).

Après 8 ou 9 passages, nous passions aux bulles, laissant de côté le thé pour un temps.

Le lendemain l'eau chaude a repris le chemin de la théière avec bonheur.

Quatre infusions plus tard, le Pu Er avait encore une histoire à raconter.

Enfin, aujourd'hui, les feuilles ont retrouvé un peu de peps en zhong pour 5 nouvelles et dernières infusions. Trois jours de dégustation pour 5,5g de feuilles.

Il est toujours difficile de décrire ce qu'un thé de cette trempe apporte par rapport à un bon Pu Er. Peut-être un sentiment de sagesse, de calme; notions qui riment rarement avec expressivité et complexité. La dégustation est détendue mais riche.

En même temps, je terminais d'user un Bayé Dan Cong 4 engagé hier dans la théière "les coeurs".

Le Dan Cong offrait une très belle résistance aux infusions, passant de la fleur d'osmanthe à l'abricot sec, d'un jour l'autre.

Lorsque les feuilles sont un peu usées, il est intéressant de mener deux, voire plusieurs infusions en parallèle, sans risque d'interférence.

Les belles feuilles donnent décidément beaucoup au dégustateur.

4 commentaires:

Arnaud a dit…

Ton zhong et ta théière sont vraiment magnifiques. Où les as-tu trouvés?

Raphael a dit…

Arnaud,

Avec moi, ce n'est pas compliqué. Tout vient de la Maison des Trois Thés à Paris.

Antonio a dit…

Merci encore, j'ai passé de très belles soirées le weekend passé.
Ta citrouille est vraiment magnifique!
En semaine j'ai bu la brique 11 / 1985. Tu l'as dans ta collection? Ca fasait longtemps que je n'en buvais pas... et c'est un monstre de bonheur ;-)

Raphael a dit…

Je connais mais je n'ai pas.
J'ai fait l'impasse.