02 novembre 2008




Monstres sacrés volume 1



Avec cet article, j'engage une petite série de présentations de thés qui ont marqué durablement mon expérience de dégustateur de Pu Er anciens.

Ne cherchez pas ailleurs que dans le catalogue de la Maison des Trois Thés, je n'ai tout simplement jamais approché le moindre vieux Pu Er digne d'intérêt venant d'ailleurs.

Beaucoup de ces références sont à présent épuisées et n'ont plus pour elles que la force du souvenir, sauf pour ceux qui ont eu la chance de pouvoir les collectionner.

Je commence donc avec un thé qui fait inconstablement partie de mes plus chers, au sens sentimental au moins du terme.

J'ai nommé le Tuo Cha n°8 de 1986.

Il y a dans ces feuilles un peu de sorcellerie, serais-je tenté de dire.

Originaire du même producteur que la galette Yi Wu n°10 de 1987 et de la brique n°11 de 1985, ce Tuo Cha fait partie d'une sorte de "dream team" des 80', sorte de paradis perdu du thé noir.

L'infusion est d'un bel orangé, très odorante pour un Pu Er.

La bouche est tout spécialement sur le fruit avec une belle acidité minérale, des notes de coing, de ginseng et d'agrume.

Est-il utile de préciser que les infusions sont très vertébrées et se succèdent très longtemps avant que le thé ne présente des signes de fatigue.

Il faut savoir réserver un temps hors du temps à de telles références, leur consacrer un espace de calme et de concentration pour les honorer comme elles le méritent.
C'est alors qu'elles livrent leurs trésors pour notre plus grand plaisir.


5 commentaires:

lionel a dit…

Ah...quelle merveille ce thé...J'adore ce type de pu er aux dominantes minérales, déjà vieux mais encore si jeune ! D'accord avec toi sur la densité des liqueurs, et l'équilibre maintenu au fil des infusions, c'est remarquable.
En revanche je ne lui ai encore jamais attribué les notes de coings et agrume dont tu parles...je ferai plus attention la prochaine fois que les conditions ideales seront reunies pour faire un brin de causette avec ce monstre sacré...

Philippe a dit…

This is a Freak Show !!

Moi je l'aime tellement ce TC 1986/8 que je n'ose presque jamais en boire... L'angoisse de le voir disparaître me terrifie !!

Raphael a dit…

Lionel,
Tu sais les notes de nez et de bouche sur les thés, ça dépend de tellement de choses.
Suffit de pas avoir la dent creuse au même endroit et on sent des trucs différents.

Philippe,
Faut le boire s'il te plaît maintenant.
Tu ne sais jamais dans quel sens il va évoluer.
Comme me disait un jour Mme TSENG, le thé doit être bu quand on l'aime.

J'ai deux TC 86 qui sont en photo sur l'article. Le premier est entamé au tiers. Quand il n'y en aura plus, on boira autre chose. Remarque, c'est pas pour demain, au rythme où je vais...

tieguanyin a dit…

Hello Raphael,

Je sais que c'est la crise et tout ça mais la série Monstres Sacres va-t-elle continuer? Cela fait rêver certains et permet d'échapper aux tracasseries quotidiennes.

Bon thé!

Alex

Raphael a dit…

Alex,

Eh bien.. Oui, je suppose.
Faut juste trouver un peu de temps.
Promis.