05 mars 2008



Vrac 1992, Pu Er d'enfance.

C'est peut-être en regardant par dessus notre épaule que nous pouvons deviner l'avenir.

Souffler sur la poussière d'étoile qui magnifie nos souvenirs, rend au passé sa juste patine.

Il n'est pas de souvenir décevant si le regard est honnête.

C'est dans cet état d'esprit que j'ai regoûté à ce petit Pu Er en vrac n°15 à deux reprises cette semaine.

D'abord en utilisant ma terre ancienne puis avec Blackteapot.






La terre de Yixing offre une infusion savoureuse et fruitée, avec quelques notes fleuries (rose ?) lors des premiers passages. Un léger caramel roux sur la longueur signe une personnalité franche et honnête.



Le thé peine un peu sur la durée et s'évanouie doucement après la 7ème infusion.

Il ne faut pas chercher à poursuivre sur plusieurs jours une telle dégustation.





Ma boule noire a moins de poésie dans son sac et ne jette pas de regard attendri vers ces feuilles modestes. Elle offre une infusion huileuse mais objective et n'occulte pas un petit goût de Shu, de cuir et de bois. Mais tout cela reste fondu et agréable.


Il n'est pas interdit de commencer la dégustation avec une terre ancienne puis de terminer avec une terre de Taiwan pour préserver une certaine précision alors que le thé faiblit. De plus en plus, je passe d'un support à un autre, zhong, théières pour préserver le discours le plus longtemps possible.








11 commentaires:

Michel a dit…

Tu t'amuse à sortir les feuilles mouillés d'un instrument à l'autre.. whaw ,

-but why not .
What dedication!

Raphael a dit…

Oui, c'est assez intéressant.
J'ai commencé à faire cela un jour que j'avais dégusté un bon thé à la M3T mais manquais de temps pour aller au bout de la dégustation.
J'ai emporté les feuilles puis terminé d'en profiter chez moi.

Souvent, je pratique de la sorte avec les Wulong que je souhaite découvrir, passant de la porcelaine à la terre.

lionel a dit…

VRAC 92/15 : merveille parmi les merveilles, j'en ai stocké pas loin de 500 g tant j'aime ce thé profondémment...jeancarmet me fait relativiser les choses mais ce vrac laissera sans nul doute une empreinte indelebile en moi...son parfum en theiere taiwanaise est hallucinant ...!!!

lionel a dit…

Perso j'ai du mal avec les degustations qui se prolongent sur pls hrs voire pls jrs...j'ai du aml a me remettre dans le bain 24h apres...

Raphael a dit…

"j'ai du mal avec les degustations qui se prolongent "

Ah bah alors avec le vrac 15, t'es tranquille.

Faut vraiment aimer l'eau chaude pour le promener sur 3 jours.
C'est pas une galette 10 ou une 13.

Je pense que les vracs 22 et 23 lui sont supérieurs.
Mais il a pour lui d'être plus mûr.

Michel a dit…

Cette photo me fait penser au film trois couleurs BLANC, la sculpture etait un buste de femme cette fois là .

Raphael a dit…

... que je classe parmi mes films préférés.
La prestation de Zbigniew Zamachowski est rien moins que surhumaine.
J'ai pris cette photo au Petit Palais. Il y avait une belle lumière ce jour-là.
Je recommande chaudement ce musée généraliste et gratuit à tous ceux qui passeraient par Paris.

ginkgo a dit…

je trouve cette petite "boule" noire
super élégante et sobre. elle est juste magnifique !
et si je puis me permettre en passant j'ai aussi beaucoup aimé la trilogie "bleu, blanc, rouge "mais BLANC est celui qui m'a laissée le + perplexe,faudrait que je le revoie car ça fait longtemps....
ginkgo

T.alain a dit…

cette petite théière noire est sublimissime...c'est une esthète assurément et si elle "a moins de poésie dans son sac" elle n'en pousse pas moins à la rêverie...
C'est une des plus belles que j'ai vu,sa patine et les reflets de lumière qu'elle renvoie sont du plus bel effet....Heureux propriétaire.

Raphael a dit…

Merci t.alain.

C'est la première théière de potier que j'ai achetée.
Un évènement à l'époque.
J'économisais et la regardais dans la petite vitrine tous les week-end. Mme TSENG me l'avait culotée pour voir si elle ferait de bons Pu Er; elle était plutôt prévue pour certains wulong.
En fait, pour le Pu Er tout convient, c'est moins difficile, c'est juste bien ou très bien. Mais rien à voir avec les Dan Cong ou les grands Rocher.
La boule noire rend des infusions huileuses à souhait.
C'était l'époque de la rue du Pot de Fer, de la porte d'entrée qui frotait au sol, de la clé pour les toilettes dans la cour, de l'ouverture le dimanche, bref, la grande époque où l'on trouvait cher de payer 1000 francs pour une galette.
Elle officie pour les Pu Er anciens doux comme la galette n°4 de 1986, la galette n°8 de 1985, le cube de 1987, le Tuo Cha de 1979 et quelques briques.
Elle est précise et donne du relief à ces petits Pu Er un peu calmes. C'est agréable.
Je m'en sers peu aujourd'hui.
Je me sers peu des théières tout court compte tenu de ce que je bois ces temps-ci.
Un jour cela me reprendra, c'est sûr.
j'aime bien échanger avec les jeunes qui rêvent de théières. L'autre jour, j'ai croisé Thomas et Emmanuel. Ils avaient chacun leur petite boîte en carton noir dans un sac de papier blanc au nom de la M3T. Fallait voir la tête qu'ils faisaient. Ca puait le bonheur, ça faisait plaisir à voir.
Ca rappelle des souvenirs.

emmanuel a dit…

"Ca puait le bonheur, ça faisait plaisir à voir."

A ce point là? Imagine alors quand j'ai fait mon premier GFC avec! Un vrai gosse ;-)