06 janvier 2009



Putain, fait froid !

Avez-vous senti le monstre mordre ses sujets ?
Les avez-vous observés, courbés qu'ils étaient dans les rues, peinant à avancer entre deux abris ?
Je plains ceux qui n'ont pas de répit, rien de chaud à se mettre dans le ventre.
Même les privilégiés guettent des jours meilleurs.

Le matin m'accueille avec un Gao Chen Cha 12.
A peine arrivé au bureau, je reprends avec un Wen Chan Bao Zhong 1.
Il est 11 heures, voici venir le Tié Guan Yin 4.
Le déjeuner se termine avec la suite du Wen Chan.
17 heures, la pendule appelle un petit Vrac 23.
Puis, re-morsure du ciel, le temps de rentrer chez moi.
Le dîner se dépêche de terminer pour laisser place au carré n°2.

La journée a été ponctuée par le temps du thé. C'est bien agréable ainsi.
Pour demain matin, on parle de -12 à Paris.
Bon, peut-être pas à mon heure, mais tout de même...

Que ferait-on sans l'eau chaude...





37 commentaires:

Antonio a dit…

A Milan -8° et 25cm de neige jusqu'à ce moment... et il doit neiger encore pour 2 jours!!! Et après, la meteo parle d'un -15° pour le weekend... Je pars pour les Caraibes :o)
Demain, au bureau, je porte avec moi un Shui Xian 5.
ciao!

Raphael a dit…

Tu me crois si tu veux mon bon Antonio: j'ai failli terminer l'article en écrivant "ce n'est pas un temps à mettre un Milanais dehors" !
Très bon choix de Rocher !

Antonio a dit…

Ah ah ah :-P
A Milan il fait froid en hiver, mais pas toujours comme en ce moment...
Demain je t'envoie des photos par email

Philippe a dit…

Ahhhh ces parisiens, dès qu'il y a 1 cm de neige, ils ont peur et sont perdus !!! Chez nous, on est habitués, on ne panique jamais à moins de un mètre de neige sur les routes !!! On roule normalement sauf évidemment s'il y a une voiture immatriculée 75 devant qui roule à du 10 à l'heure avec les warnings allumés, le gilet de sauvetage et la balise argos à la main... ;-)

Raphael a dit…

C'est vrai que le Parisien n'a pas l'expérience de l'Alsacien pour ce qui est du froid.
Et encore, c'est rien. J'avais une collègue Antillaise, qui au premier flocon de neige faisait le signe de croix !

Jean-Claude a dit…

Cela me rappelle des souvenirs, Antonio. Il y a bien longtemps, lorsque mes activités professionnelles m'appelaient à Milan 2 fois par mois.
Entre l'aéroport et la ville, il y avait une route, toute droite, très longue. En plein hiver, chaque bas-côté de cette route, chaque arbre, était égayé par d'énormes brûlots. Les prostituées s'y faisaient allègrement rougir les fesses!
Et c'était bien sûr l'endroit où il y avait le plus d'accidents!
Moins drôle : Quand Linate était fermé et que nous étions détournés sur Gênes. Alors là, c'était La Strada : un autocar sans chauffage, une couverture en coton, et hop, direction Milano...

J'ai aussi failli mourir de chaud au mois d'août!
C'est ça, l'Italie et les italiens.
J'adore...

lionel a dit…

Dis donc Raphaël, tu carbures à de jolis thés au long de ta journée ! Tu as les moyens matériels -zhong ?, temps disponible ? disponibilité d'esprit alors que tu es au bureau ? d'apprécier de tels thés ?
Moi perso au bureau, quand je me donne la peine de faire un thé, c'est grande théière et thé rouge tout simple...

Raphael a dit…

Ah les prostituées milanaises, ce devait être quelque chose...
Oh pardon JC...

Lionel,
C'est un peu la crise, en ce moment.
Moins de boulot, plus de thé.
Et puis, quand il n'y en aura plus, on en rachètera !

Je profite de ces lignes pour vous annoncer (enfin) la mise à ligne de mon second blog "A Paname".

J'espère que cela vous amusera.

Philippe a dit…

>> " J'avais une collègue Antillaise, qui au premier flocon de neige faisait le signe de croix !"

MDR comme disent les d'jeuns ;-)

Soïwatter a dit…

Philippe, c'est vrai que c'est un spectacle assez étonnant que de voir des parisiens sous la neige. J'en ai vu bloqués à l'intérieur de leur bureau à ne pas oser sortir parce que la chaussée n'était plus noire, j'en ai vu emmitouflés comme pour affronter l'assaut du pôle sud, j'en ai vu courir en rond pour trouver le passage du Nord-Ouest entre deux plaques de glace, et (donc) j'en ai vu beaucoup assis dans la neige (ainsi que le mouvement descendant incontrôlé les ayant mis dans cette inconfortable position)... ;)
Mais il faut leur accorder tout de même qu'il y avait parfois jusqu'à 2 centimètres qui se battaient en duel sur les trottoirs...
Ah! Ma première neige à paris, un moment inoubliable...

En ce moment mes heures de bureau s'accompagnent d'un merveilleux Qizhong oolong. Les oolongs torréfiés me semblent le meilleur rempart contre l'hiver. Mais je n'oserais pas massacrer un bon rocher dans mon zhong nomade...
D'un Tamaryoku Ichibancha aussi, c'est fou le pouvoir réchauffant, énergisant et réconfortant d'un thé aussi frais...

Mais dis donc, Raphaël, c'est pour relancer la consommation mondiale ta consommation de thé?

Raphael a dit…

Bah, je ne bois pas tant que ça.

Et puis, avec 4g tu fais infuser 10fois, alors...

Soï, il n'y pas de raison de massacrer un Rocher dans un zhong.
Ca devrait bien se passer.
Faut juste pas trop doser pour ne pas faire trop ressortir les notes de torrefaction.

Philippe a dit…

@ Soïwatter (qui porte bien son nom en ce moment... !) :

Une anecdote qui m'est arrivée quand je bossais étant étudiant à l'office du tourisme de Colmar : je me souviendrai toujours d'un couple de parigots qui s'est pointé en plein mois d'août (températures souvent les plus chaudes de France env. 30-35°) avec des vestes polaires et des pulls à cols roulés. Ils n'arrivaient pas à comprendre qu'il fasse aussi chaud. Ils étaient persuadés qu'en Alsace, il faisait environ entre 0 et 5° en été. Et je vous jure que cette histoire est véridique !! Comme quoi, à force de traiter constamment tous les provinciaux de ploucs et de bouseux avec leur arrogance légendaire, le parisien finit toujours par se mordre la queue et par détrôner tout le monde...

PS : ça ne m'empêche pas d'adorer Paris pour autant !!

Raphael a dit…

Phil,

T'as croisé deux débiles, d'accord ?
Faudrait pas pour autant nous faire le complexe classique du provincial.
J'ai un oncle de Saint-Louis qui pense avoir une cible dans le dos dès qu'il conduit à Paris. Je ne vais pas en tirer des conclusions pour tous les Alsaciens qui se pointent à Paris.

On trouve de tout partout.

Philippe a dit…

Et tu as parfaitement raison, je suis complètement d'accord avec toi. Mais je trouvais l'anecdote rigolote !

Soïwatter a dit…

Pas mal l'anecdote! Mais je fais partie de ceux qui font accroire ce genre de lieux communs, en chercher le pain en petite laine lorsque les températures valsent avec le zéro.

Mais je suis tout à fait d'accord avec Raphaël! Il y a aussi tout plein de gens biens à Paris. Il y a aussi pleins d'anciens provinciaux... ;)

Raphael a dit…

"Il y a aussi pleins d'anciens provinciaux... "

Et d'étrangers. Ca oxygène un peu Paris, les étrangers.
Ca fait voyager pour pas cher.

Philippe a dit…

>> "Il y a aussi tout plein de gens biens à Paris."

Je n'ai jamais dit le contraire... Je le répète, j'aime beaucoup Paris et je n'ai (presque) aucun préjugé à l'égard des parisiens !

Raphael a dit…

Sinon, pour revenir à nos moutons, avez-vous le sentiment de boire davantage de thé lorsqu'il fait froid ?

Personnellement, je pense que oui.

Philippe a dit…

Oui mais bizarrement depuis qu'il fait si froid, je me suis remis aux Wulongs alors que l'hiver donne en général plus envie de boire des Pu Er...

Raphael a dit…

Une bonne initiative, Philippe.
Les wulong ont beaucoup à nous apprendre et c'est tout de même plus varié comme univers que les Pu Er (surtout les jeunes...).

La seule chose qui me dérange est la baisse de température chez moi qui fait refroidir plus vite la théière et impose d'enchaîner plus rapidement les infusions pour maintenir la terre chaude.

Heureusement que mes théières montent presque toutes rapidement en température.

Sinon, je trouve que l'hiver, le manque de lumière et le froid apportent un peu de fatigue supplémentaire le soir.
Cela permet de boire des wulong sans craindre pour le sommeil.
Un point positif.

Philippe a dit…

A ce propos, tu verses l'eau bouillante directement dans la théière froide ou tu la préchauffes entre tes mains par-exemple ? Penses-tu qu'il puisse y avoir des risques de chocs thermiques pouvant aller jusqu'à endommager gravement la théière (fissures) ?

Raphael a dit…

Ca y est ! C'est la psychose grâce à JC !
Gare à la théière explosive ! Tu peux même devenir aveugle !
Rappelle-moi la température de cuisson des théières ?
Michel, t'es là ?
Bon, l'avantage du préchauffage est de ne pas refroidir l'eau en versant. Si en plus ça protége la terre, c'est tout benef.

Philippe a dit…

La Misstresse en personne m'avait dit un jour qu'il fallait se méfier des chocs thermiques trop importants et en particulier en hiver car on n'est jamais à l'abri d'une éventuelle catastrophe dû à un micro-défaut de la terre ! Par conséquent, ce n'est pas de la psychose mais de la prudence...

Jean-Claude a dit…

"Ca y est ! C'est la psychose grâce à JC !"

Raphael,

Plonge toi dans un bain à 0° en ce moment, à poil et sans chauffage dans la salle d'eau. Bien sûr.
Jattends de tes nouvelles.
C'est la même chose en beaucoup plus chaud pour les théières.
Miss Tseng a raison.

Jean-Claude a dit…

"La Mistress" et Philippe ont raison.
J'en ai eu une qui m'a pété à la gueule. tout simplement comme ça.

Protégez vos trésors.
Après, c'est trop tard.

LA METHODE :
Préchauffage à 70° en arrosant, couvercle fermé, toute la théière.
Ensuite, l'eau bouillie sera la bienvenue, sans dommage.

Raphael a dit…

Bon, bon...

De toutes façons, ça ne peut pas faire de mal de prendre des précautions.

Et pour les zhong, je fais comment ?

Antonio a dit…

Eh eh c’est magnifique (et très vrai aussi) ce que Jean-Claude a écrit ;-) Oui, c’est tout ça, l’Italie! Ici, rien ne fonctionne comme il devrait! A tout niveau : à partir de notre Premier Ministre qui est propriétaire ou peut contrôler 8% de l’économie nationale (et qui veut changer la loi pour devenir président de la république ou peut-être le roi ?…) jusqu’à l’autobus sans chauffage dont parle JC. Et l’ennemi numéro 1 de ce pays sont les italiens… Je peux le dire, je ne suis pas ne ici, même si je suis devenu italien après. Mais en tout cas les prostituées sont belles :-P et il y a aussi des villes sans concurrents dans le monde entier.

Savez-vous qu’un « illustre » prédécesseur de M. Berlusconi (….il y a même une certaine ressemblance entre les deux…), un tel qui s’appelait Benito, avait imposé un impôt spécial sur le thé, considéré une denrée produite par des pays hostiles et pas suffisamment « italienne »? Ca pourrait être une idée pour M. Berlusconi… Ah ah je me vois déjà, fermé à l’aéroport revenant de Paris, avec 2 sacs de la M3T entre les mains, interrogé et arrêté pour importation d’un soi-disant thé en galette...

Je préchauffe aussi en hiver, surtout les Yixing plus fines, comme la « crotte chinoise » :-P

Jean-Claude a dit…

"Et pour les zhong, je fais comment ?"
Je suis un pirate avec les zhong.
Ca casse ou ça passe. Je m'en tape.
Le zhong, c'est fait pour ça.

Raphael a dit…

Un impôt sur le thé ?!?
Effectivement, tu aurais passé un sale quart d'heure, la dernière fois que je t'ai vu...

A propos de l'Italie, j'ai vu récemment Il Divo, le film sur Giulio Andreotti. Il y a de grands moments dans ce film.
A quand un film sur Berlusconi !
On peut déjà prévoir un très long métrage.

Heureux de lire que la "crotte chinoise" fonctionne à Milan.

Raphaël (en compagnie d'un très joli Yi Wu 2008)

Philippe a dit…

>> "crotte chinoise"
Euh, c'est quoi au juste ce truc ?

>> "très joli Yi Wu 2008"
J'aurai cette même galette dans ma boîte aux lettres demain normalement. J'ai suivi tes conseils Raphaël.

Thomas a dit…

Choc thermique, j'avoue être aussi un peu parano à ce sujet donc je préchauffe toujours comme le fait JC avec de l'eau moins chaude...

Mais en fait, je ne sais pas trop quoi en penser. Y a t-il réellement un danger de casse? C'est quand même cuit à plus de 1000c° une théière, y verser de l'eau bouillante directement n'est qu'un différentiel de 80 à 90c°... J'en ai justement parlé dernièrement avec Gilles qui avait l'air un peu surpris de ma technique de préchauffage en deux étapes...


Je tendrai plutôt à supposer qu'une théière qui casse avec la dilatation est une théière qui avait déjà à la base une fragilité comme une micro-fissure (pas toujours facile à voir) due à un choc quelquoncque.

Jean-claude, pourrais-tu un peu préciser les conditions dans lesquelles est arrivée cette "explosion de théière"? S'est-elle complétement fissurée et brisée sur tout son épaisseur de parois, ou juste fissurée partiellement?

Mais de toutes façon, on n'est jamais trop prudent avec de tels trésors.

lionel a dit…

Sur le choc thermique qui peut etre fatal à une théière, cf avant-dernier post de Toki sur le blog
http://themandarinstea.blogspot.com/

Jean-Claude a dit…

N'exagérons rien, une théière, ce n'est heureusement pas une grenade défensive !
J'ai simplement entendu un petit "clic" après avoir versé l'eau bouillante. Après examen, j'ai découvert un éclat près du couvercle.
Depuis, je suis plus prudent avec les terres épuisées, surtout celles qui paraissent être les plus anciennes.
Voilà, c'est pas plus compliqué que ça.

Raphael a dit…

Il y a quand même des chances pour que cette théière ait été recollée et que le choc thermique ait fait sauté la réparation.
Mais je reste d'accord sur le principe de précaution, d'autant que l'Acquagrad permet un réglage facile de la température.

Soïwatter a dit…

Choc thermique? Je ne sais moi non plus quoi en penser. Mon côté scientifique me laisse assez dubitatif: la préchauffe en versant de l'eau presque bouillant à l'intérieur d'une théière fait travailler la céramique en compression, ce qui ne permet pas à une fissure de se former.
De plus, la différence de température entre une chambre pas chaude en hiver (16-17°) et la température recommandée (19-21°) est trop faible pour cela ait une réelle influence (une théière un peu plus fragilisée fissurerait tout autant dans ces conditions.)

Je ne remets nullement en cause ces fort tristes accidents, mais il y a de forts risques que ce couvercle ait déjà eu une petite fissure non détectée, ou bien comme le souligne Raphaël une ancienne réparation, et que ce soit plutôt "l'utilisation de trop" qui ait engendré l'irréparable. De même pour la théière de Toki. Mais je suis tout à fait d'accord avec le principe de précaution: lorsqu'on aime une théière, on aime en prendre soin, et c'est tout ce qui compte...

Vanessa a dit…

Un beau déroulement de dégustations... réchauffer le corps et l'esprit mais moi aussi je suis très curieuse d'autant de disponibilité/moyen. Mais comme tout, c'est sûrement une question d'organisation....

Raphael a dit…

C'est très simple à comprendre Vanessa.
J'ai la colique nephretique facile et dois boire comme un trou. Alors plutôt que de ruiner la sécu aux urgences, je ruine ma bourse à la M3T. C'est plus agréables et nettement moins douloureux.