27 juillet 2008





Là oû ça fait mal.




Je ne sais pas comment vous le vivez de votre côté mais j'ai beaucoup de mal à supporter l'idée de reprendre le travail après les vacances d'été.


Plus le break est long, plus la souffrance est intense et pas besoin de galette n°10 pour avoir le sommeil léger.


Cette année, j'ai adopté la posologie de mon épouse: à fond sur le Vouvray sec jusqu'à trouver tout marrant, même les factures d'été glissées sous la porte par le gardien.


J'ai tout de même trouvé le temps pour quelques dégustations de thés.


J'ai achété récemment une boîte de Cui Yu et le fameux Rou Gui n°2 de Taiwan.


Le premier est délicieux, en première intention, sans prétention mais d'une superbe fraîcheur.


J'aime ce thé et l'ai toujours aimé pour sa spontanéité et sa faculté à n'être jamais tout à fait le même d'une année sur l'autre.


J'ai commencé mon apprentissage des wulong avec lui, il y a sept années, rue du Pot de Fer.


A l'époque j'aimais beaucoup le parfum mais peinais à l'avaler, tant je le trouvais amer.


Aujourd'hui, j'ai fait mon chemin et pousse les infusions sur les Dan Cong, au risque de me ravager le palais. On grandit...


Le Rou Gui, dont vous avez sur vos blogs vanté les mérites est un joli thé avec du corps, de la bouche et du nez, du velours et des arômes de pèche. Mais voilà, justement, c'est bien là le problème, s'il y a bien un domaine qui fait figure de temple sacré, c'est bien celui des fruits jaunes d'été et des fruits exotiques.


Dans cette famille de senteurs et de saveurs, le Rou Gui se heurte forcément à la famille es Dan Cong et semble un peu léger.


Alors, bien entendu, on n'est pas dans la même catégorie de prix mais tout de même ...


Au final, j'apprécie cette dégustation mais mon expérience des wulong me prive d'un plus complet plaisir.


Le Rou Gui n°3 me semble s'en sortir autrement mieux, grâce à sa profonde originalité.


Affaire de goût et de vécu ?


Sûrement.

17 commentaires:

Benead a dit…

> Je ne sais pas comment vous le vivez de > votre côté mais j'ai beaucoup de mal à > supporter l'idée de reprendre le travail > après les vacances d'été.

De mon coté ça va, après plus d'un mois et demi de congé (2 dernières semaines de juin jusqu'au 4 août) je suis même content d'aller bosser. Je comment à une nouvelle place après mes études, un nouveau départ pour moi qui me fera du bien et surtout que j'attendais avec impatience.

flo a dit…

tu les fais toujours en zhong, où es-tu repassé à la théière ?

Philippe a dit…

>> "jusqu'à trouver tout marrant, même les factures d'été glissées sous la porte par le gardien."

Ah bon ? Et les factures actuelles à la M3T, ça te fait le même effet ?! ....

T.alain a dit…

Bonjour Raphael
Interessant ce comparatif n2 versus n3.Je ne connais pas encore ces deux numero...pourrais tu me donner quelques détails sur la torréfaction des deux? (traditionnelle/haute ou moyenne/ moderne?)

Raphael a dit…

Phil,
Bah les factures M3T, c'est comme le Trésor Public, tu sais que tu n'y couperas pas alors tu optes pour la mensualisation.

Benead,
Cela me rappelle des expériences (déjà anciennes). Après les études, on a hâte d'en découdre. Après 17 ans de carrière... comment dire... les choses évoluent.

Flo,
Je zhongue toujours.
Le Cui Yu me semble mieux en zhong; pour le RG2, je l'approfondirai dans ma tête plate à double gorge.

Raphael a dit…

C'est plutôt light comme torréfaction dans les deux cas.

Je dirais même TRES light si ton référentiel passe par ce que l'on propose sur le Net.

Les deux thés sont très différents.
Je pense que le référencement tient juste compte de la provenance.

Dans les deux cas, on sent clairement le style M3T: fin fin fin, tout pour la délicatesse, pas d'agressivité.

Côté senteur et saveur, le 2 est plus fruité, le 3 plus sur la tomate et les herbes fraîches avec dans les deux cas une finale légèrement mielée.

Après, on peut détailler mais mieux vaut goûter que disserter.

Retiens juste que ce sont deux thés très différents.

Antonio a dit…

On voit que tu es venu en Italie...
C'est un Christ de quelques eglises de Naples?
Peut-etre un Mattia Preti?
Ciao!

Raphael a dit…

Bernardo STROZZI au Palazzo Rosso de GENOVA.
Tu n'�tais pas loin ;o)

http://www.museopalazzorosso.it/template1.asp?itemID=60106030&level=4&label=Sala_7_Strozzi3&sito=6&lingua=2

La Via Garibaldi est somptueuse avec tous ses palais.
Nous avons pu monter sur le toit du Rosso et admirer toute la ville et le port. Magique !

T.alain a dit…

En tout cas tout ça fait bien envie.Les rochers sont une famille dont j'ai découvert très récement les grandes qualités en optant pour la M3T...sur le net (Teaspring:Rou gui,DHP,Bei dou et Bai ji guan)ne m'avait pas emballé plus que ça.Certains étaient un peu "cramés" pour les plus torréfiés,mais il faut dire que c'était de la production de l'année d'avant,sans doute ces thés n'avaient pas encore digéré leurs toréfactions (- de 3 ans),aussi j'en ai gardé (DHP)environ 40gr en sachet étanche que je boirais dans un an ou deux...Pour le Bai JI Guan,je l'ai d'avantage aprécié,mais c'était une toréfaction très légère.
Je suis bien d'accord qu'il vaut mieux gouter que disserter mais ,faisant office ici de petit nouveau, je suis très demandeur en conseils et experiences diverses, ce qui ne m'empèche pas de temps à autres de payer mes impots à la M3T.

ginkgo a dit…

très intéressant de vous lire au sujet de ces rochers que je ne connais pas !....quant à la reprise du travail, je connais , hélas, !!!
je n'y suis pas encore mais c'est chaque année une vraie "catastrophe "! je dors mal aussi et ensuite plusieurs semaines me sont nécessaires pour retrouver 1 rythme !
courage !

Raphael a dit…

"plusieurs semaines me sont nécessaires pour retrouver 1 rythme "

Faudrait bosser ce délai sinon tu vas te faire virer ;o)

Patrick a dit…

Et les vacances sont encore loin devant moi. Gnark-gnark !
Le Cui Yu est aussi mon premier wulong, par lequel j'ai abordé le GFC, mais je n'ai jamais eu trop l'envie d'y revenir. "Délicieux, en première intention, sans prétention mais d'une superbe fraîcheur", ça donne envie, pourtant !...

Raphael a dit…

Tu devrais te laisser tenter.
Pour une fois que l'on peut trouver un wulong bien typé pour pas cher.
Et puis, je ne sais pas comment tu prépares ça mais avec 4g en zhong, tu en as pour l'année.

emmanuel a dit…

C'est comment Genova? Je l'ai surplombée tout à l'heure depuis l'autoroute mais "comme ça" ça ne m'a pas trop donné envie. Par contre les cotes de Ligurie ont l'air magnifiques.

Raphael a dit…

C'est une ville à taille humaine très intéressante notamment pour son coeur historique.
La via Garibaldi par exemple avec les palais Rosso, Bianco et plus globalement son archtecture du XVIè siècle est l'une des rues les plus belles qui soit.
Le quartier proche de la gare maritime fortement délabré est moins indispensable...

Mais il faut un oeil très attentif pour apprécier les villes italiennes car la gestion du patrimoine, les infrastructures, l'entretien des façades d'immeubles et des quartiers est très différent de ce que l'on peut trouver en France par exemple et plus généralement en Europe du nord.
Les charmes sont parfois cachés de façon ingrate, patinés par le temps de façon cruelle mais ils sont bien réels.
Peut-être qu'Antonio complètera ce petit exposé.

emmanuel a dit…

Merci pour cette description. Genova mérite de s'y arrêter donc...

Avoir un oeil très attentif pour apprécier les villes italiennes? En ce qui me concerne leur charme me parait évident. Je comprends cependant très bien ce que tu as voulu dire.

Concernant Genova, elle me donnait de loin l'impression d'une ville très industrielle (avec des bâtiments industriels dans la ville, et pas seulement sur le port ou en périphérie). Mais bon, il faut se méfier des premières impressions.

Raphael a dit…

Quand tu seras Via Garibaldi, visite le Palazzo Rosso et parvenu au dernier niveau, demande au gardien de prendre l'ascenseur pour accéder au toit.
Là, tu as encore un petit escalier qui te mènera au sommet.
Vue splendide sur toute la ville.
Inoubliable !